Des mots sur mes maux

A coeur ouvert. Je crois que c'est la première fois de ma vie que je ressens le besoin d'écrire, de me livrer. Livrer sur...



A coeur ouvert.

Je crois que c'est la première fois de ma vie que je ressens le besoin d'écrire, de me livrer. Livrer sur des choses, dont je n'ai presque jamais parlé, à part à des professionnels de la santé, des psychologues - psychothérapeutes comme on les appelle. Derrière chaque personne, ce cache des choses, des sentiments, des peurs, des appréhensions. Par moment, j'ai l'impression de vous mentir, surtout quand vous me dites me suivre, et m'apprécier pour mon caractère, ma façon d'être, que vous me trouvez forte et ambitieuse - NON. C'est faux. Je fais juste semblant, et de sourire tous les jours derrière mon téléphone. Si vous voulez la vérité, je suis le genre de personne à m'effondrer pour un rien. Cela fait des années que je combat ma plus grosse peur, et que je me fais suivre, j'ai réussi à mettre un mot la dessus il y a 18mois : L' ABANDON. Vous connaissez la honte ? C'est cette petite chose, qui vous empeche de dire aux gens la vérité, d'avouer vos faiblesses et vos peurs. Sur les reseaux sociaux, on fait semblant, c'est pas trop vendeur si de dire qu'on va pas bien ?


J'ai eu une trés belle enfance. Mes parents ont divorcé lors de mes 2 ans, j'ai donc grandi avec une maman solo à Toulouse, et un père ( et une belle mere ) sur Paris. Deux maisons donc, deux environnements totalement différents, deux façons de vivre différentes, mais je l'ai toujours bien vécu. Prendre l'avion seule dés mes 4 ans, faire les allers retours, partager les vacances ... Mes parents ont fait les choses bien, devant moi jamais de disputes, une cohésion totale, des anniversaires et des noels en commun ... Puis j'ai grandit. L'adolescence, le basket, le sport étude ... Moins de temps, plus de caractere. Je ne sais pas comment on à pu en arriver la. J'ai passé plus de 4 ans, sans avoir de nouvelles de "mon père", 4 ans à me tourmenter et à déprimer ( car je n'ai jamais voulu appeler ça une depression ). Puis en 2015, j'ai pris sur moi, je me demande encore pourquoi. J'ai voulu avoir les réponses à mes questions, aprés avoir entendu cette phrase  " il faut profiter des personnes tant qu'elles sont encore en vie, pour ne pas avoir de regrets par la suite ". 

Je ne parlerais pas de ce qu'il c'est passé, j'ai à peine réussi à en parler à mes amis, qui m'ont récupérés anéantie à mon retour en France.  Depuis, j'essaie de faire mon deuil. Mon " père " est surement encore en vie, mais dans mon coeur, l'espace est vide. Je me dois d'oublier cette belle enfance, et d'oublier ce qu'il s'en ai suivis. De longues années  sans nouvelles, une absence pour tous les grands événements de ma vie ( premiere rupture, mes anniversaire, noel, que je ne fête plus depuis 4 ans, mes premières peines, mes échecs, ma remise de diplôme, ma création d'entreprise, mes voyages ..MA VIE tout simplement ).  
Retourner à Paris ce weekend, m'a chamboulé plus que j'aurais pu le penser, surtout remettre un pied dans cet appartement, vide, mais rempli de souvenirs d'enfance, de rire, de joie, qui ne seront plus que des souvenirs. C'est aussi dans ce genre de moments que je pense à remercier ma mere, pour les deux rôles qu'elle a eu dans mon adolescence, et qui m' aider à devenir " une femme", qui m' a soutenue dans tous mes projets, épaulé, et qui à essayer de remplacer cette absence. 

C'est un combat- un besoin, de chercher à comprendre pourquoi. Pourquoi moi, qu'est ce que j'ai pu faire ? Qu'est ce que je n'ai pas fait, qu'est ce que j'aurais du faire ? Je n'ai pas été une enfant, une ado difficile, je n'ai même jamais fait de connerie, alors pourquoi  ? 
C'est cette chose qui m'empeche d'avancer, surtout dans ma vie personnelle. Comment réussir à s'épanouir à travers une relation, et comment arriver à faire confiance à quelqu'un alors qu'on a H24 peur que cette personne nous abandonne ? J'ai mis des années à essayer de comprendre pourquoi je n'arrivais pas à faire confiance, pourquoi je faisais tout pour tout foutre en l'air ... Je sais désormais pourquoi, j'ai enfin réussi à mettre un mot sur mes maux, depuis plus de 18 mois maintenant. L'abandon. 
Je ne me suis jamais autant livré, encore moins sur internet. Je ne vais pas me relire, et je ne veux plus jamais parler de ça, et je ne veux plus jamais verser une seule larme à cause de cette personne, et de cette situation. Demain sera meilleur, je suis forte, et je vais y arriver. 






Merci, Seynabou

You Might Also Like

10 commentaires

  1. Trés touchée de te lire ...
    Tu es forte

    RépondreSupprimer
  2. Un témoignage poignant et puissant.
    Nous sommes nombreux à porter chaque jours un masque qui couvre nos doutes, nos peurs, nos angoisses. Moi, c'est la confiance. Vais-je faire du bon travail aujourd'hui, ma directrice est-elle satisfaite de moi ? Comme toi, j'y vais, j'avance ! Sois forte et belle continuation,

    Line de https://la-parenthese-psy.com/therapie/la-zootherapie/

    RépondreSupprimer
  3. Ton témoignage m'a extrêmement touché!!! je fais aussi parti de ces personnes qui portent un masque pour cacher sa peine.. mélangé entre l'abandon et la confiance de soi!!! mais je baisse pas pour réussir à combattre mes maux. Je te souhaite encore d'être forte!!!😘

    RépondreSupprimer
  4. J’ai l’impression que c’est moi qui ai écris ces mots , tu n’es pas seule . Malheureusement nous sommes nombreuses dans cette situation , et il n’y a pas de honte à ressentir . Tu es certes une personne qui s’expose, mais tu as le droit d’avoir tes failles

    RépondreSupprimer
  5. ���� Distance is not an obstacle, but a beautiful reminder of the strength of true love.

    RépondreSupprimer
  6. Quel texte fort ! Prend soin de toi et je te souhaite de belles choses ��

    RépondreSupprimer
  7. Seynabou, ton témoignage est poignant. Il faut que tu arrives à admettre que tu n’es absolument pas responsable de ta situation et de cet abandon. Tu as franchi un grand pas aujourd’hui, tu peux être fière de toi. ❤️❤️❤️

    RépondreSupprimer
  8. Ton texte m’a beaucoup émue. Ma mère aussi a joué les deux rôles pendant toute notre vie. Aujourd’hui ça va mieux mais l’absence de mon géniteur a longtemps été une source de tristesse/colère/frustration.
    J’espere qu’avec le temps tes blessures guériront. Sois fière de toi et de ce que tu as accompli, même s’il n’est pas là pour le voir. ❤️

    RépondreSupprimer
  9. Seynabou, quelques fois vider son sac au prs d'inconnu fait un bien fou... J'espere que au fond de toi meme tu te sens plus legere.
    Ton histoire a une raisonnance particuliere pour moi, mes parents ne son pas separes mais mon pere n'est pas du tout implique dans ma vie... Tout les moments importants ou l'on attend un reconfort, un encouragement ou meme de la fierte, je ne les ai eu que par ma mere, et comme toi je me demandais pourquoi... Jusqu'au jour ou j'ai compris que ce n'etait pas moi mais lui, c'est lui qui a merde et c'est lui qui doit s'en vouloir ! Alord aujourd'hui j'avance a mon rythme et je suis fiere de moi du haut de mes 25 ans. Toi aussi tu peux l'etre car tu parait etre une magnifique personne!

    RépondreSupprimer
  10. Tu es courageuse, le plus dur est passé . S’apercevoir de la source de notre douleur nous permet d’avancer! Et rien que le fait que tu ai réalisé que ce soit ton point qui fait mal fait que tu as fait le plus gros du chemin! On te soutient ❤️

    RépondreSupprimer

Tu cherches quelques chose ?

Nom du réseau social Nom du réseau social Nom du réseau social Nom du réseau social